La Lignière

La Lignière2018-08-29T20:50:11+00:00

Bâtiments de La Lignière et évolution du domaine

La maison de maître est dite « neuve » en 1771. Maître Gaspard (Meyer ?) et Jean Servage sont cités dans le Journal de Guiguer comme travaillant à cette construction. Jean-François de Ribaupierre, dans ses lettres de Russie, considérait le domaine familial quitté « comme la terre promise d’où découlent le lait et le miel ». Aujourd’hui encore l’harmonie du lieu n’échappe à personne.

Plusieurs acquéreurs se succèderont au 19è siècle, dont François Clouet de Paule. En 1872, La Lignière est achetée par le Lyonnais Luis-Anne Victor Desgaultière au duc de Sessa, puis en 1904, elle devient une clinique de la Société philanthropique.

Plage de La Lignière

Le baron possédait une barque ancrée à Promenthoux. C’était un baigneur d’avant-garde, qui jouissait de ce loisir rafraîchissant avec son épouse et ses amis. Sur son bateau étaient données des fêtes, des concerts et de joyeux pique-niques. Durant le beau mois de juillet 1771, son Journal mentionne : « le temps a été assez chaud pour pouvoir se baigner au lac tous ces jours-ci. » Au 20ème siècle, les patients du Sanatorium du Léman ont aussi largement profité des bienfaits des eaux lémaniques, comme en témoignent les cartes postales ci-dessous.

Marc-Etienne de Ribaupierre, un personnage clé de la baronnie

Destination privilégiée de promenades à cheval, à pied, en cabriolet ou en bateau, Louis-François Guiguer se rend très souvent à La Lignière. Le baron d ePrangins y vient seul ou accompagné de sa famille et de son secrétaire personnel, Christoph-Daniel Renz.

Le domaine de la Lignière, appartenant initialement aux Guiguer, est cédé en 1760 à Marc-Etienne de Ribaupierre (1723-1785). Docteur en droit, celui-ci est châtelain de Prangins, c’est-à-dire qu’il assume le rôle de régisseur, un poste prééminent dans la gestion des affaires de Guiguer.

Voltaire à La Lignière

Voltaire noue des relations de voisinage et d’amitié avec le baron de Prangins. En 1775, l’écrivain tombe sous le charme de la Lignière et en louera une partie, avec comme prête-nom Jean-Louis Wagnière, son fidèle secrétaire. Voltaire cherche alors activement une ultime demeure dans la région pour finir ses jours en France.

Liens étroits entre La Lignière et la Russie

Par amitié, Voltaire recommande Jean-François de Ribaupierre, fils du régisseur de la baronnie, à Catherine II de Russie. Celui-ci deviendra l’un de ses officiers et épousera la princesse russe Agrippine Bibikova, qui rendra une visite très attendue à sa belle-famille de Gland.

L’arrière-petite-fille du régisseur, Tatiana de Ribaupierre, épousera quant à elle le prince Nicolas Youssoupov, appartenant à l’une des plus influentes familles russes. DE santé fragile, Tatiana mourra prématurément. EN sa mémoire, son nom sera donné à la villa éponyme de Crans, lieu de séjour familial à la fin du 19è siècle.

Pendant au Château de Prangins, le domaine de La Lignière, jadis celui de régisseur du baron Louis-François Guiguer. Magnifique demeure entourée d’une vaste forêt de chênes, le lieu est devenu une clinique et un centre de bien-être, depuis plus d’un siècle.

Les extérieurs, accessibles, proposent des parcours thématiques, ornithologique ou méditatif.

L’histoire de la clinique en vidéo

Clinique La Lignière
Lignière 5
1196 Gland

www.la-ligniere.ch

Télécharger l’itinéraire au format PDF
Voir la carte interactive du sentier